Yearning for More: The Quest for Enlightenment

YAspiration à plus : La quête de l’illumination

Par Cynthia Johnson
Adapté d’un article publié sur le blog de TM for Women USA.

La plupart d’entre nous ont éprouvé un profond désir de quelque chose de plus grand dans la vie – le sentiment qu’il y a plus que le statut quo du travail, de l’école, des relations et de la famille. Nous nous demandons : Quel est le but de notre vie ?

En 11e année, mon lycée public a ouvert une école alternative (The Scarsdale Alternative School), qui existe toujours. J’ai suivi un cours intitulé philosophie par la littérature, dans lequel nous avons étudié des textes issus des traditions occidentales et orientales. Là, j’ai enfin rencontré des écrivains des sages qui abordaient les questions que je me posais : Quelle est la nature de la vie ? Quelles sont les possibilités de développement humain ? Pourquoi la souffrance existe-t-elle et comment la soulager ? Est-il possible de vivre dans la joie ? Comment pouvons-nous aider les autres ?

C’est dans ce cours que j’ai commencé à entendre parler d’un état supérieur de développement humain appelé l’illumination. Alors que j’étais assis avec d’autres étudiants dans un cercle avec notre jeune professeur, discutant de textes concernant la possibilité d’un état de conscience supérieur, ma conscience a commencé à ressentir une brise de… liberté, de soulagement; un léger souffle de joie.

L’illumination était décrite comme un état de conscience – pas seulement un aperçu temporaire, mais un état de conscience stabilisé dans le temps – aussi différent de l’état de veille que l’état de rêve ou de sommeil. Un état de paix intérieure inébranlable, de joie, de clarté, de créativité et d’énergie. Un état de compassion naturelle qui ne se dissout pas dans la misère en rencontrant celle d’autrui, mais qui, au contraire, peut élever les autres. Une liberté, une félicité, une intelligence sage et même un esprit ludique sans limites.

Dans les textes que nous avons lus, nous avons entendu parler de sages taoïstes qui étaient ancrés dans une joie silencieuse traversant calmement tout ce qui se présentait à eux. Dans cet état, on n’est plus le jouet des circonstances extérieures ou des humeurs intérieures sombres. Et nous avons lu des livres de saints tels que Bouddha, qui s’est épanoui dans l’illumination après un chemin d’ascétisme, découvrant la voie du milieu, y compris la méditation.

Je voulais en connaitre davantage sur cet état de conscience.

Une enseignante a été invitée à parler de la Méditation Transcendantale dans notre lycée. À peine plus âgée que nous, c’était une personne chaleureuse, authentique, vivante et intelligente qui aimait manifestement parler avec les adolescents.

Elle proposait également un cours académique intitulé Higher States of Consciousness; nous utilisions un livre édité par John White intitulé The Highest State of Consciousness. Ce livre était une compilation de récits historiques et contemporains de l’illumination et comprenait certaines des premières recherches sur la Méditation Transcendantale.

Au milieu de ce cours, notre professeur nous a invités à apprendre la MT. Environ deux tiers d’entre nous l’ont appris.

Pendant ce cours de MT, j’ai remarqué que la fatigue s’évacuait et j’ai commencé à me sentir plus reposée. Mes insomnies ont commencé à s’alléger. Je me sentais plus fraîche, plus éveillée. En marchant pour aller et revenir de l’école, je sentais la grandeur des arbres, et le chant des oiseaux éveillait un léger sentiment de bonheur. Après quelques semaines, j’ai également commencé à ressentir quelque chose de plus profond – un sentiment très subtil et non flagrant de plus grande stabilité intérieure. Je me souviens avoir essayé de décrire cette expérience à ma famille et à mes amis : Je me sentais plus solide à l’intérieur; moins vulnérable à la négativité du monde, à l’anxiété liée à l’école, aux difficultés familiales et aux influences négatives de mes camarades.

Dans les sessions de suivi de notre cours de MT, notre professeur nous a expliqué plus en détail l’état de l’Être, que nous expérimentons comme un 4ème état majeur de conscience; la conscience transcendantale. Selon les mots de Maharishi :

Sous la couche la plus subtile de tout ce qui existe dans le champ relatif se trouve le champ abstrait et absolu de l’Être pur, qui est non-manifesté et transcendantal.  Il n’est ni matière ni énergie. C’est l’Être pur, l’état de pure existence…. Tout est l’expression de cette pure existence, ou Être absolu, qui est le constituant essentiel de toute vie relative.

Maharishi a exprimé ce que j’avais expérimenté dans ma propre vie, sans la conscience de l’Être :

Toute vie relative sans la base consciente de l’Être est comme un navire sans gouvernail, toujours à la merci de la mer agitée. Elle est comme une feuille sèche sur le sol laissée à la merci du vent, dérivant sans but dans n’importe quelle direction où le vent l’emmène. La vie de l’individu sans la réalisation de l’Être est sans fondement, sans signification et sans fruit. L’Être est la base de la vie, ce qui lui donne un sens et la rend fructueuse.

Nous avons été encore plus enthousiastes lorsque nous avons entendu parler d’un 5e état de conscience. Grâce à l’alternance régulière avec l’activité, la conscience transcendantale deviendrait permanente dans un 5ème état de conscience appelé conscience cosmique. Selon les mots de Maharishi :

Une fois rentré chez lui, le voyageur trouve la paix. L’intensité du bonheur est au-delà du superlatif. La félicité de cet état élimine la possibilité de tout regret, grand ou petit. Dans la lumière éclatante du soleil, aucune obscurité ne peut pénétrer ; aucun chagrin ne peut entrer dans la conscience de la félicité, et la conscience de la félicité ne peut connaître aucun gain plus grand qu’elle-même. Cet état d’autosuffisance nous laisse inébranlables en nous-mêmes, comblés dans un contentement éternel.

Au cours des années qui se sont écoulées depuis que j’ai commencé la MT, c’est l’expérience que j’ai faite, se déroulant progressivement, naturellement et innocemment. La croissance du calme intérieur, de la joie et de la sagesse débordant spontanément en compassion, ainsi qu’une plus grande capacité à aider les autres.

A propos de l’auteur

Cynthia Johnson est une enseignante du programme de Méditation Transcendantale à Boston. Elle est titulaire d’un Master d’études théologiques de la Harvard Divinity School et a contribué à l’ouvrage A Symphony of Silence : An Enlightened Vision (1ère et 2ème éditions) de George Ellis.